29 août 2013

Mutations et carrières

CAPA Accès au corps des agrégés par Liste d’Aptitude

CAPA 26/03/13

Accès au corps des agrégés par liste d’aptitude

Après une baisse continue depuis 2003 du nombre de nominations (-31 % de 2003 à 2012), le nombre de promotions nationales au corps des agrégés par liste d’aptitude augmente cette année (+24) et s’élève pour 2013 à 286 toutes disciplines confondues (380 en 2003).
Cette faible augmentation est loin de répondre aux besoins de promotion exprimés par la profession, le nombre de candidats lui, a augmenté de 25% pour l’académie de Grenoble en un an.
Après plusieurs années de gel de la valeur du point d’indice, de carrières bloquées au 7e échelon de la Hors Classe des certifiés, le changement de corps est pour de nombreux collègues la seule possibilité de maintenir leur pouvoir d’achat.

Il est nécessaire, plus que jamais, de revaloriser nos métiers, notamment par une réelle revalorisation salariale. Le SNES demande que les recrutements pour le second degré soient opérés dans un seul corps, celui des agrégés puisque ce recrutement se fait maintenant au niveau Master.
Nous demandons de plus que le contingent de promotions aux corps des agrégés par liste d’aptitude soit calculé sur la base d’1/5 des titularisations dans le corps des agrégés contre 1/7 actuellement.

Nous avons salué le travail des personnels du rectorat, qui nous ont transmis les documents avant la date limite réglementaire. Au delà de nous permettre de préparer la CAPA dans de meilleures conditions, ceci nous a conduit à nous apercevoir que 75 collègues (soit 13% des candidats) n’avait pas d’avis émis par leur chef d’établissement. Si pour la liste d’aptitude, celui-ci ne pèse pas le même poids que celui de l’inspection, il est toutefois inadmissible que quelques chefs d’établissement s’exonèrent de cette tâche (alors que la circulaire ministérielle prévoit que le recteur recueille leur avis). La candidature au grade d’agrégé par liste d’aptitude est un moment important dans la carrière d’un collègue. De ce fait, ne pas respecter la procédure entraine une inégalité dans l’examen des candidatures.
Nous avons, avant la CAPA contacté le rectorat pour lui signaler ces manques, les services ont alors recontacté tous les chefs d’établissement et nous ont envoyés les avis pour les 75 collègues concernés.

Nous avons rappelé les principes qui ont guidé le travail de cette CAPA depuis 6 ans :
- un collègue dont le dossier a été jugé suffisant pour qu’il soit inscrit sur la liste d’aptitude est inscrit sur la liste les années suivantes s’il recandidate ;
- afin de garantir une certaine lisibilité aux inscrits des années précédentes, les nouveaux inscrits le sont par le bas de la liste (sauf par exemple dans le cas d’un collègue inscrit dans son académie et mutant dans la nôtre, d’une nouvelle candidature exceptionnelle et urgente pour raison de départ en retraite imminent, ...).

A l’issue de cette CAPA, la liste ne respecte pas toujours le deuxième principe. Si parfois certains changements d’ordre correspondent à des demandes que nous avions faites en 2012 (année lors de laquelle il y a eu beaucoup d’entrants dans les listes, les nouveaux entrants ayant été de notre avis parfois mal ordonnés), nous avons dû rappeler ce principe dans d’autres cas. Le recteur a accepté certaines de nos demandes.

Le nombre de promotions étant une proportion (1/7) du nombre de titularisés dans le corps des agrégés l’année précédente, la liste d’aptitude restera une voie de promotion étroite, à défaut d’un recrutement massif de professeurs agrégés, ou un changement du ratio.