Grâce aux luttes menées ces dernières années, le nombre de promotions à la hors classe s’est considérablement accru (de 1375 promus en 2006 à 2390 en 2010). Cette promotion, si elle n’est pas encore accessible à tous, n’en est pas moins devenue une promotion de masse. Ce sont actuellement plus des deux tiers des collègues en fin de carrière qui pourraient bénéficier de cette promotion avant leur départ à la retraite.

Au regard de ce volume, il ne s’agit plus de désigner les quelques collègues les plus méritants mais de déterminer si un enseignant a suffisamment démérité pour se voir privé de cette promotion avant la fin de sa carrière et son départ à la retraite.

Alors qu’en 2007, 2008 et 2009, les ratios promus/promouvables pour l’académie de Grenoble, constatés à l’issue de la CAPN étaient proches des ratios nationaux, en 2010, les agrégés de l’académie de Grenoble n’ont été que 5,08% (contre 7% au plan national) à être promus.
Ce ne sont ainsi que 87 collègues qui ont été promus alors que nous aurions pu attendre 120 promotions.

Les professeurs agrégés de l’académie de Grenoble n’ont pas moins de « valeur professionnelle » ni moins « d’acquis de l’expérience professionnelle » que les autres professeurs agrégés de France.

Ce faible taux n’est pas dû, non plus, à un effet de structure mais à une politique d’appréciation du recteur, qui a exclu de l’appréciation « Exceptionnel » les deux tiers des collègues ayant atteint l’échelon 11, l’an dernier .

Nous rappelons que la note de service du 1er décembre 2009 précise aux évaluateurs « vous porterez notamment une attention particulière à l’examen des dossiers des professeurs agrégés qui, lauréats du concours de l’agrégation, ont parcouru l’ensemble des échelons de la classe normale et dont les mérites sont avérés.  »

Pour que nos collègues, qui n’ont pas démérité, ne soient pas écartés de cette promotion, nous allons vous demander, Monsieur le Recteur, le réexamen d’un certain nombre de dossiers.