Ce n’est pas la résurgence d’un slogan du siècle passé. Le propos est ici signé Jean Sarrazin, Recteur de l’académie de Grenoble, au cours de l’audience d’une délégation d’une dizaine de collègues représentant les lycées et collèges de l’académie.



Près de 300 enseignants du Second degré étaient assemblés hier après-midi, à l’initiative du SNES, du SNEP et du SNUEP et à l’appel de diverses autres organisations, devant le rectorat de Grenoble pour dénoncer les conditions de préparation de la rentrée prochaine, les suppressions de postes et leur transformation en heures supplémentaires imposées, la mise en cause de dispositifs tels que « l’Aide individualisée » en lycée et les «  Itinéraires de Découverte » en collège, rendus facultatifs et financés par une indemnité ridicule.



Les collèges et lycées des cinq départements de l’académie étaient diversement représentés, par des délégations significatives pour certains, symboliques pour d’autres.
La délégation reçue par le Recteur, limitée à dix personnes était constituée par neuf enseignants et une représentante des parents d’élèves.


Très courageusement, le représentant du ministre dans l’académie n’a pas cru devoir justifier ou défendre la politique qu’il est chargé de mettre en œuvre et s’est retranché derrière le vote du budget par la « représentation nationale ». Il a toutefois ajouté que les 300 suppressions de postes, dont plus de la moitié transformés en heures supplémentaires à la rentrée 2008, « n’étaient qu’un début ». Il a enfin mis en garde les enseignants de la délégation contre la «  mauvaise opinion » des familles à leur sujet qui serait confortée et renforcée en cas de refus de leur part d’assurer l’Aide individualisée et les Itinéraires de Découvertes en HSE sous-rémunérées.

Il est donc clair que nous devons poursuivre, développer et généraliser les actions engagées dans toute l’académie pour informer les parents d’élèves et les associer à nos actions comme pour interpeler les parlementaires (députés, sénateurs) sur leurs responsabilités dans cette situation.





Plusieurs établissements ont déjà pris des initiatives dans cette direction et les rendent publiques sur la liste d’échange entre les S1 ou sur des listes disciplinaires. Certains S2 ont déjà lancé une campagne en direction des élus politique. La section académique va adresser un courrier aux députés et sénateurs de l’académie. Nous le mettrons en ligne pour qu’il puisse être repris, en totalité ou en partie, et accommodé à la sauce locale, soit collectivement au niveau des établissements, soit individuellement.


En attendant il convient de refuser partout les heures supplémentaires et de profiter des CA de la semaine prochaine pour multiplier les expressions visibles de notre refus en direction des familles et de l’opinion.