9 avril 2008

Nos métiers

Déclaration préalable des élus snes en capn le 19 mars 2008

D’année en année, de CAPN en CAPN, en tant que représentants des COPSY et directeurs de CIO, nous vous alertons sur le désengagement de l’Etat par rapport au service d’orientation de l’éducation nationale et sur le mépris affiché à l’égard de ses personnels.

Les conséquences de la réduction drastique des recrutements (moins de un départ sur 5 remplacés) sont déjà visibles sur le terrain et risquent de compromettre gravement la continuité du service public, la qualité de l’accompagnement des collégiens, lycéens, étudiants et des familles dans les établissements et les CIO par des conseillers d’orientation psychologues formés.

Cette CAPN va en être une illustration qu’il sera difficile de nier même dans le cadre de ce mouvement déconcentré qui permet de répartir la pénurie en saupoudrant ici et là les quelques sortants de formation sur des critères toujours aussi opaques. Nous ne reprendrons pas la liste des 8 rapports parus depuis 2003 dont les conclusions permettent de penser qu’elles étaient écrites avant même que les auditions ne commencent, tant on y voit de contradictions entre les constats et les préconisations. Ces rapports ne témoignent pas des précautions scientifiques généralement nécessaires à des enquêtes objectives et exhaustives. Ils apparaissent essentiellement comme des instrumentalisations au service d’une politique et d’un projet dont on commence à voir les contours et les conséquences attendues.

Nous ne reprendrons pas davantage les circulaires qui organisent le transfert de nos missions vers les enseignants, entretiens dits d’orientation qui devront être assumés pour tous les élèves de troisième par les professeurs principaux, idem en classe de 1re, pilotage de l’orientation active en terminale par les professeurs principaux de la même façon.

Nous aurions pu également vous apporter aujourd’hui nombre de plaquettes d’organismes privés et cabinets de coaching. Ces officines qui ont bien perçu ce qui se prépare dans l’éducation nationale, se placent sur le marché du conseil et de l’accompagnement des élèves, surfant sur cet abandon organisé par l’Etat. Elles profitent en outre de l’anxiété légitime des familles face aux incertitudes de l’avenir, offrant des consultations au prix fort pour pallier nos difficultés à recevoir tous les élèves qui le souhaitent.

Actuellement, dans certains lycées et collèges, il faut plus d’un mois pour obtenir un rendez-vous avec le copsy ! Sans même parler de l’objectivité de l’information qui sera donnée et des qualifications de ces coachs, quelles familles seront en mesure de débourser jusqu’à 400€ pour un entretien personnalisé ??

Vous comprendrez donc qu’à la lumière de tous ces signes alarmants, lorsque nos collègues recevront le bilan de ce mouvement, avec un taux de satisfaction des demandes de mutation qui n’aura jamais été aussi bas, qui risque de l’être encore pour les 2 ans qui viennent compte tenu de petit nombre de postes mis au concours, la réaction risque d’être très forte.

Face aux efforts déployés sur le terrain pour répondre malgré tout aux attentes des usagers, la réponse du MEN bloquant les mutations de collègues en grande difficulté personnelle par un calibrage rigide et sans justification va engendrer incompréhension et découragement.

Certains collègues espèrent toujours une reconnaissance institutionnelle et multiplient les heures supplémentaires gratuites pour prouver leur existence et leur utilité. Seuls nos partenaires dans les établissements et les familles auxquelles nous apportons notre expertise reconnaissent et recherchent nos interventions. La réponse qui va venir aujourd’hui, par une nouvelle dégradation des conditions de vie et de travail de nos collègues qui ne pourront se rapprocher de leurs familles ne peut qu’avoir des conséquences néfastes pour leur investissement quotidien.

Les élus du personnel du SNES demandent la fin de cette politique d’étranglement des services, et de toute urgence une reprise des recrutements à la hauteur des besoins. Ils renouvellement leur demande faite de CAPN en CAPN d’une audience avec le Directeur de la DPE