Échos des lycées en Isère

Les situations décrites ci-dessous ont vraisemblablement évolué mais cet état des lieux reflète bien les conditions de rentrée calamiteuses dans notre département.

Pablo Neruda - Saint Martin d’Hères

De nombreuses classes très chargées : jusqu’à 35 élèves par classes dans certains niveaux.
4 professeurs stagiaires ( en maths , français histoire géographie et maths-sciences) qui partiront en formation une semaine de temps en temps sans être remplacés. De nombreux services sur plusieurs établissements : en espagnol , italien, anglais. Des services partiellement assurés par des enseignants contractuels en anglais, sciences physique et SVT. Des enseignements supprimés ou menacés : allemand LV1 fermé dans le lycée, les élèves devant recourir à l’enseignement par correspondance.
A l’heure où nous écrivons ( soit le lendemain de la rentrée) et malgré les efforts du proviseur pour recruter ( où ? qui ? comment ? ) il reste des heures de cours non assurées : allemand LV2 ( 6 heures), espagnol ( 5 heures soit une seconde et une première), SVT ( 10 h 30 soit 3 classes de secondes sans professeur !).

Hector Berlioz La Côte St André

Pour les conditions de rentrée, tout de même une chose : le regroupement des Premières par paquets de 35 signe chez nous la mort de la Première littéraire, saucissonnée en trois morceaux répartis dans des paquet à majorité de S ! Le lièvre et la tortue sur la même piste, avec un but différent en Hist-Géo : le Bac pour les S (un aiguillon supplémentaire pour accélérer la course du lièvre), mais pas pour les L. On peut craindre que la pauvre tortue ne soit abandonnée sur le bas-côté, sacrifiée sur l’autel de la suprématie des S ! Cette répartition est elle-même symptomatique : c’est pour préserver les moyens alloués aux enseignements spécifiques aux S qu’on n’a pas opté pour un regroupement de tous les L (ils sont 24) dans un seul groupe classe y associant une poignée de S... Les mots me manquent ! Y a-t-il ailleurs des situations similaires ?

La Pléiade Pont de Chéruy

Structures :

Classes à 31 en seconde malgré les engagements du rectorat sur la rentrée 2011.

Personnels :

Absence d’assistante sociale
Comment faire sans AIPRT ?
Un complément de service en Génie Mécanique à Vienne.
Un mi-temps non pourvu à la médiathèque.

Respect des droits statutaires :

Heures de coordination payées en HSE (peut-on avoir des précisions sur les disciplines concernées ?)
Heures de premières chaires payées en HSE
AP de seconde payé 0,89 Heure Poste
Demi-heure hebdomadaire comptée 0,47 en italien et espagnol (1re STI par exemple)
Professeurs Principaux nommés malgré leur opposition.

Respect et écoute des enseignants :

Des enseignants non volontaires ont été amenés à faire de l’AP, tandis que des enseignants volontaires ne l’ont pas été...
Doutes sur l’utilité des réunions si les avis des enseignants ne sont pas écoutés (par exemple sur le premier cycle interdisciplinaire de l’AP seconde)
Répartition de service des équipes modifiées ou bouleversées
Nouveau logo et plaquette non discutés avec les enseignants et non soumis au vote du CA
Liste de classes non distribuées aux enseignants, qui sont alors amenés à faire eux-même des tâches de secrétariat.

La Pravaz Pont de Beauvoisin

- perte d’une division en seconde d’où des classes à plus de 35 dont une à 37. Concurrence du privé ?
- absence de réseau jusqu’à ce jour suite à la réforme des AIPRT. Situation débloquée ; la direction a retrouvé des HSA pour les payer mais le rectorat acceptera-t-il cette solution ?
- réforme des STI inquiètent les collègues. Aucune information notamment sur le bac en Hist. Géo
- aide personnalisée difficile à mettre en place
- deux stagiaires cette année en Lettres/HG et communication/gestion

Léonard de Vinci Villefontaine

Effectifs  :

Sur huit classes de secondes, six ont des effectifs de 36 élèves Lors de la DGH, six classes de seconde à 35 élèves, et deux classes à 24 étaient prévues. Il n’a jamais été question d’effectifs supérieurs à 35 élèves. Nous demandons l’ouverture d’une 9e classe de seconde.
Les deux premières ES ont des effectifs très inégaux : l’une compte 20 élèves, et l’autre 35. Où est l’égalité de traitement entre les élèves ?

Heures de chaire :

Il manque beaucoup d’heures de chaire au lycée. Il faut les recenser discipline par discipline, car c’est un dû statutaire. Un moyen de supprimer des postes sans que cela ne se voit trop, les collègues ayant l’impression que le décret Robien n’a jamais été abrogé.
Rappel : Les heures de chaire sont conçues comme une décharge, non comme une heure supplémentaire.
Certains collègues en fin d’année ont fait l’objet d’un chantage, à une répartition de service qui priverait tout le monde de cette discipline d’heure de chaire, et c’est au chantage de l’implication de l’équipe aux DS du samedi que l’affaire s’est réglée.

Services partagés :

3 collègues nommés en poste fixe sont en service partagé sur plusieurs établissements (Espagnol, SES, Sces Physique) (peut-être même un quatrième d’ailleurs).

Situation des stagiaires :

Trois stagiaires sont nommés sur le lycée (STG, HG, SES). Ils ont dû commencer l’année en allant sur « invitation » à des journées de « formation » : il faut comprendre que les frais de déplacement et d’hébergement sont restés à leur charge . Le stagiaire de SES est sans tuteur pour l’instant. Des collègues ont subi des pressions de l’inspection pendant le week-end pour devenir tuteur (en Maths, pour St Romain en Gal)
Le stagiaire SES avait sur son EdT 17h30 de service. Il a droit à l’heure de chaire, mais le Proviseur ne l’a pas inscrite sur son emploi du temps : il avait de ce fait un service de 18h30. Le proviseur l’ayant considéré "en sous-service" (!!!), il lui a transféré de l’ECJS du service de la stagiaire HG, le mettant de ce fait avec un service de 19h30 (mais officiellement 18h30, car le proviseur adjoint lui a dit "qu’il pouvait s’asseoir sur son heure de chaire". Cette situation est scandaleuse.

Le CIO de Villefontaine est fermé  : Le service public de proximité d’orientation souffre de la disparition du CIO de Villefontaine. Nous demandons la réouverture du CIO.

Frais de déplacement de surveillance  :

Certains collègues ont constaté sur « Imagine » que les frais de déplacement pour surveillance des examens n’ont pas été remboursés. C’est inadmissible. Devons nous refuser d’aller surveiller dans d’autres établissements ?

Cahier de texte numérique :

Il a été décidé, dans l’attente d’un règlement voté en CA, de renseigner a minima le cahier de texte numérique.

AIPRT :

Suite aux actions menées l’an dernier, le PRT du lycée s’est vu octroyé 3h d’HSA, ce qui a permis de remettre la machine en route. L’AI est financé sur l’IFIC, et cette situation ne va pas empêcher les AI et PRT de mener des actions par solidarité avec les collègues des autres établissements (car bien entendu les HSA ont été distribuées parcimonieusement dans certains établissements seulement).

Grève du 27 septembre :

les collègues sont assez motivés, mais certains regrettent la multiplicité des journées d’action.

Quelles actions envisager  ?

Actions auprès : du Proviseur, des délégués parents, de la presse, du Maire, du Député, du Sénateur, du Conseiller Régional. Essayer de voir si les délégués parents veulent avertir la presse , le DL étant déjà mobilisé sur le collège, cela pourrait faire un écho dans le bassin.

Louise Michel - Grenoble

Sureffectifs :

constatés dans diverses sections, 2de Pro (avec une élève très handicapée dont l’auxiliaire de vie n’est pas là le lundi, 35 élèves en tout !), 1 STL et TST2S : dans ces sections, les effectifs limites pour les TP ont été dépassés, un courrier a été fait au Recteur.

Vie scolaire :

- 4 CPE, la dernière arrivée devait avoir un logement de fonction (il y a un internat au lycée) et le Proviseur a attribué ce logement au Proviseur adjoint, contre l’avis du CA exprimé en mai dernier.
- L’équivalent d’un poste et demi de surveillant est enlevé, notamment un AED a été affecté à la gestion du réseau informatique sur décision du Proviseur.
- Des alternants de plus en plus nombreux (niveaux BTS et CAP) qui n’entrent pas dans la dotation de la Vie Scolaire pèsent maintenant de façon conséquente sur la charge de travail de la Vie Scolaire ; on est passé d’une dizaine à une centaine.

Infirmières :

Deux postes sont prévus mais un seul est doté à 80%. C’est d’autant plus préoccupant dans un lycée qui a un internat.

Hygiène et sécurite :

La CHS a demandé en vain (au printemps dernier) une formation pour les enseignants qui veulent s’occuper du Document Unique d’Evaluation des Risques. Une lettre sera donc lue au prochain CA et envoyée au Recteur, pour obtenir cette formation indispensable dans un établissement de grande taille, avec des laboratoires. La direction ne tient pas ses engagements, plusieurs personnes restent mobilisées sur ce point.

Mouvement de grève du 27 septembre et mobilisation :

Les collègues présents ce mardi en info syndicale (environ 15 sur 180 collègues…) sont dubitatifs sur l’utilité de la grève, une motion est proposée et lue par un collègue qui serait favorable à la constitution d’une caisse de solidarité en vue d’une grève reconductible. Cette motion a été assez longuement discutée, elle comportait trop d’éléments contestables selon les collègues présents, mais sur le fond la démarche ne semble pas totalement impertinente.
Il a été rappelé par plusieurs que des collectifs existent déjà ici et là, et que la difficulté est aussi de déterminer à quel moment un mouvement d’ampleur serait opportun et efficace.
On ressent une grande lassitude, et peu de perspectives chez les présents. Malgré les motifs de mobilisation au plan local, personne ne propose d’utiliser la journée du 27 septembre à des fins utiles.

Décisions :

Les collègues présents ont décidé de faire une information aux parents sur les conditions de la rentrée, et de rencontrer la direction sur les divers éléments établis. Très peu d’informations sont parvenues de la part des collègues, qui ont pourtant reçu une invitation individuelle à faire l’inventaire des difficultés constatées.

Grésivaudan - Meylan

Après s’être réunis en Heure syndicale mardi 20 à 11 heures , les personnels enseignants du Lycée du Grésivaudan à MEYLAN souhaitent manifester leur refus des conditions professionnelles très dégradées qui leur sont faites cette année , et demandent par conséquent à déposer un préavis de grève pour le JEUDI 29 septembre 2011 , journée pendant laquelle ils organiseront un "lycée mort" et ne prendront pas leurs classes ; une information est également prévue en direction des parents .

Mounier – Grenoble : Quid de l’option chinois ?

Dans un courrier adressé à la présidente locale (des parents d’élèves), le recteur affirme que l’option (chinois) n’est pas fermée (à Mounier), mais qu’elle n’a pu être ouverte étant donné l’absence de demandes de la part d’élèves du nouveau district de Mounier. Or, nous avons pu le constater lors de la chaîne d’inscription, des élèves du secteur ont bien fait une demande pour le chinois LV3 !
En conséquence, les parents d’élèves vont demander au recteur et à l’IA une copie de toutes les inscriptions faites au lycée en 2nde via Afflenet. Ils sont évidemment prêts à entamer les démarches juridiques appropriées si cela s’avérait nécessaire.
L’enjeu est, outre le maintien du chinois LV3 à Mounier, également l’arrivée des élèves de chinois bi-langue du collège Olympique au lycée Mounier : la première génération d’élèves entrera en effet au lycée à la rentrée prochaine. J’ai d’ailleurs été informé par le président du conseil local de la FCPE que cette année 18 élèves s’étaient inscrits en 6e en chinois bi-langue au collège Olympique, ce qui a permis de constituer une division entière (sur 4 divisions de 6e). Le projet de développement de chinois dans les quartiers sud semble donc porter ses fruits ! Cela est donc aussi l’assurance de la pérennité du chinois à Mounier, si toutefois le recteur ne décide pas d’orienter les élèves dans un autre lycée que celui de leur lycée de secteur ....
En projet : demander au CA de Mounier d’écrire au recteur et informer l’inspection afin de demander les moyens pour l’ouverture de la LV3 CHINOIS.

Champollion-Grenoble

1) Depuis 3ans la structure prévisionnelle présentée en février-mars, est régulièrement modifiée fin juin. La DGH de rentrée n’est plus celle sur laquelle le CA s’est prononcé. Les inévitables arbitrages de dernière minute n’ont jamais été votés.

A la rentrée 2010-2011, il y avait :

- 1 classe de 1re L pleine et 1 autre non dédoublée ;

- 1 classe de 1re ES pleine et deux autres non dédoublées (l’une de celles-ci n’avait pas été prévue en février 2010) ;

- 3 classes de 1re S pleines et une autre non dédoublée.

Pour cette rentrée 2011-2012, il était prévu la même structure que précédemment sauf en 1re S où on attendait 4 classes pleines. En fait en septembre il y avait :

- 1 classe de 1re L pleine et 1 classe mixte L et ES ;

- 1 classe de 1re ES pleine et une autre non dédoublée ; (l’une de celles-ci n’avait pas été prévue en février 2010) ;

- 4 classes de 1re S pleines et une autre non dédoublée.

2) Les Enseignements d’Exploration comportant 3heures d’enseignement (Arts, langues anciennes et LV3) sont financés au détriment de l’A.P et des autres E.E (LS et MPS dont les groupes sont le plus souvent à 35 élèves).

3) Une évaluation chiffrée a bien eu lieu mais sur une initiative personnelle. Elle a tenu compte à la fois de l’avis des collègues mais aussi de celui des élèves. La Direction a pris le "pouls" auprès des collègues durant les conseils d’enseignement de fin d’année.
Les collègues ont jugé l’A.P en 2010-2011 le plus souvent inefficace car trop difficile à organiser et trop peu d’heures par intervenant. Les E.E ayant de gros effectifs (LS et MPS) ont souvent "tourné" grâce au bénévolat des collègues. Ces derniers ont le plus souvent refusé d’assurer des E.E en 2011-2012 si les conditions devaient être similaires.

4) Ces enseignements facultatifs n’ont pas besoin de financement. Le nombre de place est limité, les élèves inscrits complétant le groupe d’E.E. correspondant jusqu’à 24.

5) En 2010-2011, l’A.P était assuré dans chaque classe par 4 collègues de discipline différente (maths, français, LVA, H-Géo). Le nombre d’heures attribué à chacun étant ridicule (parfois 0,25h), les profs n’étant pas forcément ceux de la classe, l’organisation laissée aux collègues s’est vite avérée inextricable et a conduit à un échec.
Cette année les intervenants sont moins nombreux (maths, français et LVA) et sont ceux de la classe. L’effectif typique est une moitié de classe.
En 1re, l’A.P a été confié dans chaque classe à 2 collègues et dans des matières "importantes" pour la série (Exemple : français , LV en 1re L).

6) Les dédoublements en physique-chimie et en SVT pour assurer des TP de 1,5h chaque semaine, ont été maintenus en seconde.
La remarque faite en 2) est toujours valable.
Quelques idées d’aménagement ou d’amélioration ont été suggérées par des collègues mais le plus souvent à la marge. Les 10,5h ne suffisent pas compte tenu des objectifs annoncés.

7) En S les dédoublements en SVT et physique-chimie ont été limités à 1,5h par semaine (ce qui est mal-heureusement normal compte tenu de l’horaire global par élève).
Les enseignements sacrifiés sont :

- les TPE qui ne sont plus dédoublés (2 profs interviennent sur une même classe mais à raison de 0,5h année au lieu d’1h !)

- les enseignements scientifiques en L et en ES qui se font désormais en classe entière !