Édito de sortie

Nous sommes en juillet. Les vacances sont presque là. Enfin !

Dans de nombreux établissements l’année se termine avec des personnels exténués et des tensions parfois insupportables avec les administrations. Les moyens attribués pour l’année à venir laissent entrevoir une rentrée difficile, avec la suppression de postes d’AED, des DGH qui ne sont pas à la hauteur des besoins, une crise du recrutement sans précédent qui privera les élèves de profs en septembre... D’autre part, les techniques managériales utilisées par certains chefs d’établissement créent des situations invivables pour les personnels de certains collèges ou lycées.

Au cours de l’année scolaire qui s’achève, la section départementale du SNES a accompagné des collègues et des établissements ardéchois dans leurs démarches pour faire respecter leurs droits et combattre la dégradation de nos conditions d’exercice au quotidien.
Cela s’est fait à travers les conseils apportés par téléphone ou par mail, mais aussi la rencontre des collègues dans leurs établissements ou l’organisation de stages (la réunion TZR de début d’année, le stage DGH, celui à destination des AED et CUI...).

Dans le même temps, en lien avec le CHSCT départemental, nous avons travaillé sur les conditions d’exercice des collègues en complément de service. Cela a abouti à des recommandations officielles de l’IA-DASEN aux chefs d’établissement de l’Ardèche. Bien qu’incomplètes, ces recommandations sont une première étape dans la prise en compte des difficultés engendrées par les compléments de service, un travail qu’il nous faudra poursuivre l’an prochain.

Parmi les autres dossiers suivis cette année et à suivre l’an prochain, il y a aussi le problème de la gestion des parcs informatiques des collèges et lycées et celui de l’assèchement du recrutement dans les SEGPA du département.

Une attention particulière sera portée aux difficultés que des équipes de plus en plus nombreuses rencontrent avec leurs administrations locales. Le SNES de l’Ardèche y travaillera une fois encore en lien avec le CHSCT.
Pour avancer sur ces dossiers, le SNES et la FSU doivent construire un rapport de force qui lui permette de peser dans les discussions à tous les niveaux et dans toutes les instances nationales, académiques et départementales.

Il y a donc un rendez-vous à ne pas manquer fin 2014 : les élections professionnelles. Le résultats de la FSU à ce scrutin aura des conséquences directes sur le nombre d’élus dont disposeront ensuite ses syndicats, et donc le SNES, pour défendre la profession.
Chaque syndiqué devra voter dès le 26 novembre puis participer en lien avec les S1 et le S2 à la promotion du vote FSU auprès des collègues enseignants mais aussi des autres fonctionnaires d’état.

Ce sera pour nous une occasion de plus de venir rencontrer les collègues du département dans leurs salles des profs pour discuter de leurs situations, des élections professionnelles et plus généralement de la syndicalisation, ainsi que des divers chantiers lancés par le ministère (statuts, évaluation, programmes...).

Profitons bien de notre repos estival pour recharger nos batteries et être prêts à nous montrer combatifs dès la rentrée.

Bonnes vacances à tous.