CAPA du 24 avril 2012 Déclaration liminaire des élus SNES-FSU

La hors classe des agrégés, dans sa forme actuelle, a été obtenue en réponse à une demande de revalorisation financière et pour permettre un débouché de carrière à l’issue de l’échelon 11. La grille indiciaire n’apporte un effet financier immédiat que pour les agrégés ayant plus de 3 ans d’ancienneté dans la classe normale. Nous considérons que ce sont ces collègues qui doivent être nommés en priorité.
Les volumes actuels permettraient de nommer tous les collègues ayant plus de 3 ans dans l’échelon 11, pour qui la hors classe constitue le seul débouché de carrière.

La politique d’appréciation du recteur de l’académie de Grenoble n’a permis l’an dernier la nomination que de 6,80 % des promouvables de Grenoble. Ce résultat est encore en-dessous du ratio national et ne rattrape pas le retard pris en 2010 (5 % des promouvables nommés avec un ratio de 7 %).
Les professeurs agrégés de l’académie de Grenoble n’ont pas moins de « valeur professionnelle » ni moins « d’acquis de l’expérience professionnelle » que les autres professeurs agrégés, ces faibles promotions sont la conséquence de la politique d’appréciations.

Nous constatons cette année que plus de la moitié des appréciations « exceptionnelle » sont portées sur des collègues qui n’ont pas atteint l’échelon 11, quand la circulaire indique « 15 % au moins ». Ce ne sont ainsi que 36 % des collègues ayant atteint l’échelon 11 qui bénéficient de cette appréciation.

Cette année, alors que les collègues du supérieur représentent 16 % des promouvables (18 % sur les seuls collègues ayant atteint l’échelon 11), ce sont 24 % des appréciations « exceptionnelle » qui leurs sont réservées. Les agrégés du second degré sont-ils moins exceptionnels que leurs collègues du supérieur ?

Pour que les professeurs agrégés de l’académie de Grenoble accèdent à la hors classe dans les mêmes proportions que les autres, pour que nos collègues, qui n’ont pas démérité, ne soient pas écartés de cette promotion, nous allons vous demander, Monsieur le Recteur, le réexamen d’un certain nombre de dossiers.