Pour le mouvement (inter et intra), les services du rectorat transmettent aux représentants des personnels des documents papiers. La couleur de leur couverture devient, dans notre jargon, le moyen d’identifier leur contenu.

Lorsque les différents vœux et barèmes des candidats sont établis, les postes disponibles identifiés, le mouvement peut alors « passer en machine ». Les logiciels et algorythmes du rectorat permettent d’établir un projet de mouvement par discipline, qui sera décrit dans « le Rose » et « le Jaune ».

Le Rose contient les mêmes informations que le Mauve (liste de tous les candidats au mouvement, leur situation professionnelle, leur situation, leurs vœux, et le barème affecté à chaque vœu), ainsi que l’éventuel résultat du mouvement (la nouvelle affectation).

Le Jaune liste les établissements sur lesquels il y a mouvement avec le nom du candidat qui arrive sur le poste.

Le projet est une base de travail mais le travail « à la main » des commissaires paritaires va le modifier, parfois considérablement. Chaque année, nous identifions de nombreuses erreurs, ce qui permet par exemple de replacer au bon endroit des collègues que l’algorythme du Rectorat avait lésés.

Reprendre l’ensemble du travail effectué par l’administration, y compris avec les logiciels du SNES est une garantie de transparence et d’équité pour les collègues.