5 juillet 2008

Nos métiers

Lorsqu’une voiture a des problèmes de carburation, que les vitres ne s’ouvrent plus et que les sièges sont défoncés. Que faut il faire ?

Le rapport du Haut conseil pour l’Ecole remis au président de la République mais non encore public traduit en effet une forme de raisonnement digne d’un cas d’école pour le Wisc IV. Ainsi, les constats de dysfonctionnements pointés par les auteurs n’ont aucun rapport avec les préconisations. Ceci ne nous étonne pas vraiment car les 8 rapports précédents étaient construits sur le même modèle. Que se passe t il à L’ENA ?!!

Ceci démontre une nouvelle fois que les rapports sur ce sujet ne sont que les « porte-voix » d’une volonté forcenée de désigner les copsy et les DCIO à la vindicte populaire pour s’en débarrasser !

Car les rapporteurs ne font pas dans la nuance :

Mise en extinction du corps en arrêtant le recrutement car le métier comporterait des « anomalies ». En particulier « le HCE dénonce un décalage entre les missions telles qu’elles sont exercées et telles qu’elles devraient l’être. Les copsy ne sont pas réellement encadrés ni inspectés et leur temps de travail ne facilite pas les contacts avec les élèves et leur famille » Avis à tous ceux qui auraient pensé que le non remplacement de 5 copsy sur 6 y serait pour quelque chose ! ce n’est pas la réponse politiquement correcte !

Nomination des copsy dans l’établissement sous le contrôle du chef d’établissement qui pourra, lui, évaluer leur travail.

Dilution voire suppression des CIO dans des structures uniques sous tutelle des régions qui récupèreraient toutes « les missions d’accueil et d’information Le système actuel étant accusé de générer des coûts inutiles. L’état conserverait la tâche de « définir une politique d’orientation tout au long de la vie »

Mise à disposition des directeurs dans les régions Remplacement des copsy par des « professeurs référents en orientation » ou par des professionnels de l’insertion ou de la formation continue Renforcement de l’EAO notamment par une implication plus grande des enseignants documentalistes

Alors que les problèmes identifiés touchent essentiellement l’organisation des études, le fonctionnement des procédures d’orientation et d’affectation, les capacités d’accueil, les passerelles, les seules propositions pour les résoudre sont de casser le service public d’orientation de l’Education Nationale. Il est vrai que le temps presse. Présidence française de l’UE oblige ! La France se doit d’être dans les clous des recommandations européennes !

Ces propositions révélées par la presse si elles sont confirmées, traduiraient un changement complet de paradigme de l’orientation scolaire en France. Il ne s’agirait plus de prendre appui sur l’élaboration de projets d’avenir pour amener les élèves à s’investir dans leurs études et à obtenir des diplômes reconnus, favorisant une mobilité ultérieure, mais plutôt de mettre la formation initiale au service d’une insertion professionnelle à court terme en fonction des besoins locaux définis par les régions.

Dès maintenant la circulaire relative au dispositif expérimental de réussite scolaire dans 200 lycées prévoit d’apporter un « appui individualisé aux élèves notamment pour l’élaboration du projet d’orientation ». Mais il ne fait nullement référence à l’apport des copsy pour remplir cette mission.

Le MEN justifie son refus d’accorder aux copsy et aux DCIO les quelques mesures de revalorisation qu’il vient de concéder aux enseignants et CPE par l’imminence d’une réforme globale du service public d’orientation et de la catégorie. Les mobilisations et l’action du SNES ont permis d’obtenir l’élargissement de la hors-classe pour les certifiés et les CPE. Les revendications de revalorisation pour les copsy et DCIO sont portées par le SNES à chaque audience : Accès à l’échelle des certifiés hors-classe pour les copsy hors contingent de postes de DCIO, doublement de l’ISP et revalorisation de l(indemnité des CIO.

Il faut réagir en alertant parents, enseignants, élus sur ce qui se trame ! Signons et faisons signer l’appel (ci-joint)

http://www.snes.edu/Petitions/?petition=7

On peut craindre que la présidence française de l’Union Européenne soit l’occasion d’annoncer la réorganisation du service. Des conférences sont prévues à Lyon les 17 et 18 Septembre et à Bordeaux fin Novembre. Nous profiterons de la période pour dénoncer la nocivité de ses projets pour le service public, les jeunes et les parents.