28 novembre 2008

Sections départementales

Mardi 2 décembre, chaque voix compte pour le SNES

Représenter chacun

L’ensemble des opérations relatives à la carrière (mouvement, notation, avancement) sont examinées devant des Commissions Administratives Paritaires Académiques (les CAPA ) ou Nationales (les CAPN). Celles-ci n’ont qu’un avis consultatif, mais les élus des personnels contrôlent le travail de l’administration. Le paritarisme, qui n’est pas de la « cogestion » car c’est l’administration qui décide, permet à chacun d’être représenté. Le SNES, largement majoritaire dans ces CAP, mène un travail de vérification systématique.

On ne défend jamais mieux les cas individuels qu’en faisant appliquer les mêmes règles pour tous.

Les commissaires paritaires

Ce sont des collègues exerçant dans nos établissements, qui sont élus par les personnels de leur corps dans les différentes CAP. Ces commissions sont composées à parité de représentants de l’administration et d’élus des personnels. Ces élus composent aussi les groupes de travail (chargés de discuter la mise en œuvre des règles de gestion ou de préparer le travail des commissions) ou les FPM (Formation Paritaire Mixte, qui regroupe plusieurs corps pour l’examen des mutations).

Cette année, grâce à l’action du SNES, les agents non titulaires pourront eux aussi être représentés dans des CCP (Commissions Consultatives Paritaires ) et devront donc voter le 2 décembre.

Porter nos revendications

Le paritarisme est plus qu’un simple « dialogue social » : il traduit aussi l’implication de tous les agents, directement et par leurs représentants, dans le fonctionnement du service public.

C’est pourquoi notre action se fonde sur des principes et des revendications discutées largement dans le syndicat et avec toute la profession.

Ainsi, nous défendons des critères collectifs et transparents pour les mutations ou les carrières, contre l’individualisation en trompe l’œil et le pseudo « mérite » officiel, qui dégraderaient le service public par la division des équipes et la soumission aux hiérarchies locales.

Renforcer le paritarisme

A l’heure où le ministère souhaite défaire les garanties collectives qui protègent nos métiers, à l’heure où le ministère veut résumer la concertation à des injonctions venues de l’Elysée, donnez avec votre vote le jour des élections professionnelles la force au SNES de combattre ces dérives.

Avec les élections professionnelles du 2 décembre, le suffrage universel direct de la profession sera l’occasion de dire clairement, par le vote SNES, SNEP, SNUEP, l’attachement des personnels au respect des règles collectives, au droit à la mobilité dans l’égalité de traitement, la transparence et la justice.

Ensemble, nous gagnerons pour chacun !