29 juin 2013

Stagiaires

Nos nouveaux collègues à la rentrée 2013 : M1 ? M2 ? EAP ? Fonctionnaires stagiaires ? Contractuels ?

Vous trouverez les informations sur les modalités d’affectation, de stages et les conditions d’exercice pour tous les collègues dans les différentes situations.

La rentrée 2013 va être placée sous le signe…de la diversité ! L2, L3, M1, M2, EAP… Quelques précisions pour mieux comprendre qui sont ces jeunes collègues en formation (statut, obligations et quotité de service) qui vont arriver en nombre dans nos établissements à la rentrée 2013.

Après l’annonce d’un recrutement massif d’enseignants, le Ministère a été très rapidement confronté à la réalité d’une crise de recrutement : trop peu de candidats ont choisi de se destiner à un métier qui n’a toujours pas fait l’objet d’une véritable revalorisation salariale. D’où deux sessions de concours en 2013.

Stagiaires, lauréats des concours de recrutement 2013

Les épreuves d’admissibilité (écrits) ont été passées en novembre 2012 et les épreuves d’admission (oraux) ont lieu en mai/juin 2013. Les lauréats seront stagiaires à la rentrée 2013 avec un temps de service déchargé de 3 heures pour compenser une journée de formation hebdomadaire (aucune amélioration encore pour la rentrée 2013 !). Le Rectorat de Grenoble envisage quelques 360 postes bloqués stagiaires pour la rentrée 2013.

Attention ! Si le rectorat de Grenoble a confirmé que les contractuels lauréats du CAPES interne bénéficieraient d’une décharge de 3 heures, il n’a pas confirmé la décharge pour les lauréats des concours réservés.
Pour le SNES-FSU, tous les stagiaires doivent bénéficier d’une décharge, et il est intervenu en ce sens auprès du recteur

Encore une génération de stagiaires dans la tourmente : un emploi du temps surchargé et une formation sporadique et lacunaire : que sont devenues les belles promesses : une formation de qualité ? Du temps pour comprendre les méthodes et enjeux de notre métier… ?

L’affectation des stagiaires se fait en deux temps :
- l’affectation dans une académie (saisie des vœux en mai/juin) ;
- l’affectation dans un établissement de l’académie obtenue (saisie des vœux mi-juillet).

Les étudiants contractuels, admissibles à la session « exceptionnelle »

Cette session va s’étaler sur deux ans avec un écrit en juin 2013 et un oral en juin 2014. Entre ces deux phases d’épreuve une année pendant laquelle l’étudiant admissible va pouvoir préparer l’oral de juin 2014, terminer son Master (M2) si ce n’est pas déjà le cas et effectuer un stage. Ces contractuels préparant un M2 (ce ne sont pas encore des fonctionnaires stagiaires), sur la base du volontariat, seront affectés sur des services de 6h pour le salaire d’un mi-temps de contractuel (600 € par mois environ). Un tutorat sera mis en place pour accompagner ces contractuels avec une rémunération dont le montant n’a pas été précisé. Une quotité supérieure de service pourrait être proposée aux étudiants déjà titulaires de leur M2 mais pour un salaire équivalent au nombre d’heures réalisées.

La seconde session a pour objectif de recruter des enseignants mais elle a été mise en place dans la précipitation et dans le flou. Ces étudiants n’ayant pas fini leur formation vont se retrouver en responsabilité devant des classes dès septembre 2013, pour certains sans aucune formation professionnelle avec une charge de travail déjà considérable : préparer l’oral d’un concours national, valider une deuxième année de Master et dans le temps restant préparer les cours pour leurs classes.

L’académie de Grenoble a réservé des supports pour ces étudiants contractuels, sans savoir combien seront admissibles et accepteront d’être contractuels.
Comme les étudiants doivent faire ce stage près des universités, ce sont surtout les agglomérations de Grenoble et de Chambéry qui sont impactées avec à ce jour avec une centaine de supports de 18 heures (dont des postes bloqués pour le mouvement des titulaires) retenus.

Vous pouvez obtenir la liste des supports prévus en nous contactant.

Les affectations se feront également dans la deuxième quinzaine de juillet. Si des supports restent vacants, ce seront les stagiaires lauréats (voir ci-dessus) qui pourront en bénéficier, et enfin le rectorat y affectera des TZR.

Le rectorat a communiqué lors des écrits le calendrier :
" Dès réception par mail de votre proposition de lieu de stage et du contrat joint, vous devrez sous 48 heures signifier par retour de mail votre acceptation ou votre refus de cette proposition".
Et pour avertir de l’arrivée du mail, un SMS sera envoyé. Vive l’innovation ! Après le licenciement par SMS, le rectorat vient d’inventer l’embauche par SMS.
Mais quelle embauche ? Alors que le rectorat fait sa pub avec "3 raisons d’accepter le contrat de stage rémunérée" (prise en compte pour le Master, une "opportunité exceptionnelle d’acquérir une expérience professionnelle", une formation professionnalisante), le tout résumé dans le slogan "Le contrat de stage rémunéré : l’atout réussite de votre future carrière", il oublie de dire que c’est une année blanche pour l’avancement car cela ne sera sûrement pas pris en compte par le reclassement, avec un contrat pour boucher les trous pour des précaires. Si le recteur veut véritablement former et donner toutes leurs chances aux étudiants admissibles, c’est en surplus et sur le service de leur tuteur qu’il faut les affecter, comme le fait le recteur de Poitiers.

Les documents du rectorat sont consultables ici.

Les Emplois d’Avenir Professeur (EAP)

Conditions pour l’EAP

Ces EAP s’adressent aux étudiants de Licence 2e année (L2), L3 et M1 avec un recrutement prioritaire pour les L2. Ce sont des étudiants obligatoirement boursiers, de moins de 25 ans sans aucune condition de nationalité (contrairement aux concours). Le rectorat propose le nom d’un ou de plusieurs candidats aux établissements et le chef d’établissement recrute l’étudiant sur la base d’un contrat. Attention le CA de l’établissement est consulté sur le contrat proposé à l’étudiant EAP et donc indirectement sur la durée de travail et sur les missions qui vont pouvoir être proposées à l’étudiant. Les missions de l’étudiant EAP sont fonction du niveau d’étude (L2, L3 ou M1) : il s’agit d’observation active, de pratique accompagnée de séquences pédagogiques toujours en présence et sous la responsabilité de l’enseignant. En aucun cas un étudiant EAP ne peut se voir confier des taches de surveillance, d’administration ou de remplacements en l’absence de collègues.

Pour consulter les textes

Accueil dans les établissements

Plusieurs étudiants EAP peuvent être affectés dans le même établissement avec un tuteur pour au maximum deux étudiants EAP. Attention les EAP ne sont pas affectés dans des établissements qui ont des besoins mais dans des établissements proches des lieux de formation.

Le Ministère de l’Education nationale s’est engagé à ce qui la priorité soit donnée à la formation des étudiants EAP avec une durée de travail réelle limitée à 9 heures hebdomadaires, alors que les textes parlent de 12 heures en moyenne, et une rémunération de 402 € net par mois. Les étudiants EAP doivent être encadrés par des tuteurs volontaires et formés avec une rémunération dont le montant n’a pas encore été précisé.


Attention ! Le ministère a indiqué oralement aux recteurs que le temps de travail devait être de 9 heures. Pour le recteur de Grenoble, seuls les étudiants de Master, en pratique accompagnée, doivent faire 9 heures. Pour les autres, c’est 12 heures, et en moyenne ! Donc, il faut récupérer les absences pour études... tout en devant réussir ces dernières.

Le SNES-FSU a alerté le DRH et le coordinateur des IPR sur ces situations et interviendra de nouveau auprès du ministère.

Ce dispositif a été mis en place pour aider les étudiants boursiers qui souhaitent passer les concours de l’Education nationale mais la rémunération proposée est loin de leur permettre une autonomie financière et si les missions qui sont précisées dans la circulaire sont claires, nous redoutons les dérives d’un contrat de droit privé pour un étudiant qui pourra se retrouver dans une situation délicate.

Et des tuteurs ?

Pour la rentrée 2013, le besoin en tuteurs et tutrices est immense. En effet, il faut accompagner :

- les emplois d’avenir professeur (EAP) ;
- les étudiant(e)s en 1e année de master (bac +4) en stage d’observation et de pratique accompagnée ;
- les étudiant(e)s en 2e année de master et admissibles au concours supplémentaire dont les écrits sont dans 1 mois (juin 2013) et les oraux dans un an (juin 2014) et qui accepteront d’être contractuel 6h (ou plus) ;
- les autres étudiant(e)s en 2e année de master (bac + 5) en stage de pratique accompagnée voire en responsabilité pour quelques semaines ;
- les stagiaires.

La mission de tuteur/tutrice est professionnelle mais aussi syndicale.
Les tuteurs/tutrices ont un rôle fondamental à jouer afin de développer avec les jeunes une conception du métier fondée sur la réflexion, la proposition et l’action collective, nécessaires pour ne pas être des exécutant(e)s dociles.

Pour autant, être tuteur/tutrice représente un énorme investissement.
Conscient de la charge de travail inhérente à la fonction, le SNES revendique depuis de nombreuses années que les tuteurs/tutrices soient formé(e)s et déchargé(e)s d’une partie de leurs heures de cours.

Dans le cadre de la création des ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education), un réseau d’établissements d’accueil, de tuteurs/tutrices et de formateurs/formatrices est envisagé et le ministre insiste sur la nécessité de former des tuteurs/tutrices.

Afin de porter nos revendications d’une formation et d’une revalorisation des conditions de mission de tuteur/tutrice, le SNEP, le SNES et le SNUEP lancent une campagne et proposent la signature d’une pétition afin que les promesses gouvernementales se traduisent en actes.

Vous pouvez télécharger cette pétition ici afin de la signer et la faire signer massivement.