Rassemblement académique au Rectorat

Contre les suppressions de postes

Contre les heures supplémentaires imposées

Contre les suppressions d’enseignements

Contre les classes surchargées

Pour la prise en compte de nos réelles charges de travail dans les services

Pour une véritable revalorisation indiciaire et de nos métiers

Pour la prise en compte de la diversité de nos élèves

Pour une véritable diversification des voies de formation et des apprentissages

Pour la réduction des effectifs des divisions, classes et groupes

La section académique du SNES, avec les sections académiques du SNEP et du SNUEP, appellent les personnels d’enseignement, d’éducation, d’orientation et de vie scolaire du Second degré à se rassembler, à l’occasion de la convocation du CTPA,



devant le rectorat d’académie
le mercredi 6 février à 14 h 30


pour protester contre les trois cents suppressions de postes prévues pour la rentrée prochaine dans l’académie, dont plus de la moitié transformés en Heures Supplémentaires imposées.

Ces suppressions font suite aux 150 suppressions de l’an dernier : ces moyens supprimés au titre du décret « Robien » sur les services et qui déjà, avaient été rétablis uniquement en heures supplémentaires, après l’abrogation du décret. Pour faire « passer » ce volume d’HS, le recteur a imaginé de sortir des besoins disciplinaires des établissements les heures « d’Aide individualisée » de Maths (1h) et de français (1h) en Seconde et les 2 heures « d’Itinéraires de Découverte » en 4e, pourtant inscrites à l’horaire des élèves, et de ne les rémunérer désormais que par une poignée d’HSE (heure supplémentaire effective), indemnité sous payée. Il entend également réduire les autorisations d’exercer à temps partiel et poursuivre la pratique illégale mise en oeuvre cette année d’imposer une HS à des collègues à temps partiel.

Une autre conséquence de ces décisions concerne les collègues qui viennent d’obtenir leur mutation, parfois après des années d’attente : derniers arrivés dans leurs établissements, ils vont perdre leur poste, avec une ancienneté dans le poste réduite et un contexte de poursuite des suppressions de postes qui leur donne peu d’espoir de pouvoir revenir rapidement dans leurs voeux.

Pour toutes ces raisons nous devons mettre en échec ces choix politiques et exiger une véritable réorientation budgétaire au service de la collectivité. Cela implique d’être nombreux le 6 pour imposer au Recteur de recevoir les délégations d’établissement et donner du retentissement à notre colère. Un préavis de grève a été déposé par la section académique pour permettre aux collègues de service ce jour-là de participer au rassemblement.