L’action se développe fortement dans les établissements car, au-delà des discours, la réalité des suppressions de postes et leur conséquence pour les élèves sont désormais tangibles. Ici et là des options sont supprimées, certains enseignements n’existent plus du tout dans certains départements, des diplômes et des spécialités professionnelles disparaissent ou sont en voie de disparition !

S’agissant des co-psy le bilan du mouvement est assez catastrophique.
Le faible nombre de stagiaires et la rigidité du calibrage qui n’autorisait aucune entrée dans certaines académies alors que des postes sont vacants, va rendre la situation de nombreux collègues extrêmement difficile. Le Snes a émis une déclaration solennelle pour protester contre la dégradation massive de la situation dans les CIO (voir déclaration du Snes à la CAPN)

C’est l’ensemble du service public d’éducation qui est aujourd’hui attaqué.
Le livre blanc issu du rapport Pochard sera rendu public en Mai. Il comprendra des mesures pour le second degré en particulier pour le lycée et devrait aborder les questions d’orientation qui seront largement à l’ordre du jour dès Juillet puisque la France a décidé d’en faire le thème principal de ses réflexions lors de sa présidence de l’Union Européenne.

Tant que le modèle restera celui du guichet unique nos CIO et notre métier seront menacés.

Le Snes a été reçu par le Président de l’Association des Régions de France qui, tout en se déclarant ouvert au dialogue, a réaffirmé la volonté des régions de coordonner l’ensemble de la chaîne : information, orientation, insertion. Même si notre interlocuteur nous a réaffirmé que les régions n’étaient pas demandeuses d’un transfert des personnels, nous n’en sommes pas rassurés pour autant car les réformes qui s’annoncent dans le cadre de la mobilité de la fonction publique pourraient aboutir à la mise à disposition de la totalité de notre corps !

Il nous faut saisir toutes les occasions pour expliquer la convergence des attaques qui visent les uns et les autres mais aussi construire des réactions communes.

Nous appelons tous les collègues à

·Faire connaître largement aux enseignants, parents, élus tout ce qui se prépare sur l’orientation

·Participer à toutes les mobilisations contre les suppressions de postes et contre le transfert de l’accompagnement de l’orientation sur les enseignants

·Saisir toutes les occasions d’expression en direction de la presse

·Participer massivement au rassemblement national de la profession Samedi 17 Mai à Paris et manifester avec tous les personnels de l’éducation le 18 Mai à Paris, de manière visible et identifiée.