Jeudi 3 et vendredi 4 avril, la section académique de Grenoble a tenu son deuxième congrès académique d’étude. Contrairement aux congrès statutaires qui ont lieu tous les deux ans — et dans lesquels le temps est toujours contraint par l’ampleur des mandats à donner à la délégation académique au congrès national — le congrès d’étude présente l’avantage de donner le temps de l’échange et d’une réflexion approfondie sur le thème choisi. Au moment où des centaines de postes sont supprimés, où le rapport Pochard annonce des mises en cause gravissimes de nos statuts, services et conditions de travail, où les réformes pédagogiques successives n’ont d’autres fins que de réduire les coûts de fonctionnement de l’éducation nationale et d’une livrer des pans entiers aux appétits du secteur marchand, le thème du « métier en question(s) » s’imposait.

La tribune : Roland Hubert, Corinne Baffert, Marie-Laurence Moros, Jean-Louis Mollard

La première journée, en présence de Roland Hubert, co-secrétaire général du SNES que nous remercions chaleureusement de sa participation, a été celle de l’état des lieux : postes supprimées, missions modifiées, métiers dénaturés, liens avec les démantèlements en œuvre ou annoncés dans l’ensemble de la fonction publique, dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP). Une partie de l’échange a porté sur la nature particulière de la fonction publique à la française et la nécessité de défendre le statut des fonctionnaires, « concept d’avenir ».

La seconde journée a porté sur les actions à développer et amplifier, compte tenu de l’ampleur des dossiers évoqués la veille et de la cohérence politique des attaques auxquelles nous sommes confrontés. La perspective de la manifestation nationale du 18 mai et la nécessité de réussir cette journée ont été développées, ainsi que les actions à mener avec les lycéens et les parents d’élèves dès cette semaine. Un préavis académique et un appel à construire les mobilisations les plus larges a été adopté à l’unanimité par le congrès.

Les participants au congrès dont de nombreux militants de S1 ont semble-t-il apprécié ces deux jours de travail et de réflexion collective. Beaucoup nous ont dit avoir également apprécié la qualité de l’accueil et de la restauration de la SEP "Clos d’or" du lycée des métiers de l’hôtellerie. Un grand merci donc aux élèves, aux collègues et à l’ensemble des personnels de cet établissement pour la qualité de leur accueil.

Reconstitution de la force de travail