21 mai 2019

Sections départementales

École inclusive, AESH et ENSEIGNANT·E·S : la mobilisation continue !

Jeudi 23 mai à 17 h :
Rassemblement devant le Rectorat de Grenoble avec demande d’audience au rectorat

La concertation sur l’école inclusive lancée en octobre par le Ministère de l’Éducation nationale a conduit à la publication de cinq rapports de restitution.
Le Ministère de l’Éducation nationale, lui, n’en publie que quatre sur son site, écartant la restitution sur l’accompagnement humain des élèves en situation de handicap, celle dressant le bilan des constats sur la situation actuelle des AESH et proposant des pistes d’amélioration.
Voir https://www.education.gouv.fr/cid138964/ensemble-pour-une-ecole-inclusive-une-concertation-et-un-diagnostic-partage-pour-progresser.html

Les cinq rapports sont néanmoins en ligne sur le site https://handicap.gouv.fr/grands-dossiers/l-ecole-inclusive/ensemble-pour-une-ecole-inclusive/article/restitution-de-la-concertation.

Vous trouverez celui manquant ci-contre :

Le projet de loi dit « L’École de la confiance », adopté en première lecture à l’Assemblée, s’appuie pour le sujet de l’inclusion à cette concertation dont l’une des restitutions paraît d’office écartée par le Ministère.
À l’heure actuelle, hormis la maigre avancée de la généralisation de contrats CDD de 3 ans à la prochaine rentrée scolaire, nous relevons dans ce projet au sujet de l’École inclusive :

- que les contrats AESH demeurent toujours aussi précaires et avec de faibles salaires ;
- que les PIALS (Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés) sont généralisés, sans aucune évaluation de leur expérimentation actuelle et dans un cadre de restriction budgétaire et de suppressions de postes qui ne peut que faire craindre une mutualisation de ressources humaines au détriment de la qualité de l’accompagnement des élèves et des conditions de travail des accompagnants et de l’ensemble des personnels ;

- qu’aucune réponse n’est apportée à cette heure aux besoins de la création d’un véritable statut de la Fonction publique pour les AESH, de possibilité choisie de travailler à temps complet ou à temps partiel choisie, de revalorisation salariale, ...

Au contraire, le dispositif « 2nd employeur » confirme une dégradation des conditions de travail des AESH et confirme le maintien d’un statut précaire pour ces personnels.

En conséquence, AESH et personnels de l’Éducation nationale : soyons nombreux jeudi 23 mai devant le rectorat de Grenoble à 17 h.

Voici :

- la demande intersyndicale d’audience au rectorat pour le 23 mai ;

- une affiche à destination de la salle des professeurs ;

Des préavis de grève reconduits de jour en jour jusqu’à la fin de l’année scolaire couvrent l’ensemble des actions et mobilisations pour cette journée.