12 mai 2010

Stagiaires

Pas d’éducation de qualité, sans enseignants bien formés

Le SNEP, le SNES, le SNUEP et la FSU appellent les collègues à se mobiliser contre la réforme Chatel-Pécresse de la formation des enseignants et à refuser la fonction de « tuteurs » en signant massivement ce texte :

Les enseignants, personnels, parents, étudiants, lycéens considèrent que le projet d’affectation des enseignants stagiaires reçus aux concours 2010 suite à la réforme Pécresse-Chatel de la formation des maîtres est en l’état inacceptable !
Alors que la formation des jeunes collègues stagiaires est réduite d’un an, contrairement au dire des ministres, ils vont se retrouver à temps plein face aux élèves (contre un tiers de temps par le passé) et avec une formation principalement sous forme d’un compagnonnage en supplément de leur temps de service.
Toutes ces conditions rendent encore plus difficile l’entrée dans un métier complexe et exigeant.
De plus, lors de leur seule période de formation groupée (4 semaines en février) l’administration propose de les remplacer par des étudiants qu’ils devraient eux-mêmes, au préalable, préparer à leur remplacement !
Les élèves de leurs classes, déjà fortement impactés, seront donc doublement perturbés.
Les conditions du compagnonnage sont un simple affichage indigne d’un réel accompagnement professionnel pour de jeunes collègues entrant dans le métier.
Enfin, ce mécanisme entraine le blocage massif du mouvement intra académique 2010 des personnels en retirant les postes supports-stagiaires des possibilités d’affectation pour les demandeurs de mutation.

Nous ne pouvons accepter un tel dispositif qui dégrade encore davantage la qualité de l’enseignement rendu aux élèves, qui dégrade les conditions de travail des enseignants, qui sabote le processus de formation pourtant indispensable à une entrée dans le métier réussie.

Les SNES, SNEP, SNUEP et la FSU appellent à remettre ces pétitions au recteur et à exprimer leur opposition au projet Chatel-Pécresse de la formation des enseignants

lors du rassemblement devant le rectorat de Grenoble
le jeudi 20 mai à 16h30