Être professeur documentaliste aujourd’hui, c’est exercer un métier militant,
et ce, plus que jamais, à l’heure où nos autorités de tutelle tentent de modifier le cœur de ce métier.
Face à ces attaques répétées, il est indispensable de faire le point sur cette profession, née, ne l’oublions pas, des luttes menées par le SNES, qui a su mobiliser pour imposer la circulaire de missions puis le CAPES de Documentation.

Le SNES réaffirme, dans un contexte d’évolution des pratiques professionnelles des enseignants documentalistes, qu’il n’acceptera pas que leurs missions pédagogiques soient niées. Car à l’ère du numérique, au prétexte d’une modernisation des CDI et des missions des personnels qui y exercent, l’Institution veut redessiner un nouveau profil du professeur documentaliste, fort contestable et plus conforme aux réformes en cours, bien éloigné de leur statut d’enseignant.
Politique documentaire, protocole d’inspection, PACIFI, Learning Center ou 3C, les différents textes initiés par l’Inspection générale montrent bien la cohérence des projets ministériels qui visent à transformer l’enseignant-documentaliste en gestionnaire de réseau, conseiller TICE, formateur des équipes, animateur...

Face à cette actualité, la section académique du SNES vous invite à un stage syndical

Changement de date

le jeudi 21 février 2013

à la Bourse du Travail de Grenoble

en présence de Virginie Pays, militante au secteur contenu du SNES.}

Attention ! La demande est à déposer à votre chef d’établissement un mois avant, donc dès la rentrée de janvier. Modèle à télécharger ici.

Merci de confirmer votre présence en envoyant un mél à s3gre@snes.edu