Le GT d’attribution des congés s’est déroulé le jeudi 25 mars. La FSU a fait procéder à des corrections de barèmes et a fait préciser les situations RH afin que la circulaire soit respectée.
Vous trouverez ci-dessous la déclaration de la FSU et le tableau récapitulatif de la répartition, en attente de la validation en CAPA.

Déclaration de la FSU

Nous notions l’année dernière, malheureusement dans des conditions similaires, que la nouvelle circulaire a permis une évolution notable de l’attribution des congés. La prise en compte de l’échelon à la place de l’ancienneté dans le corps permet aux collègues ayant changé de corps d’espérer obtenir un congé et, surtout, la revalorisation des demandes successives permet aux collègues demandant un congé depuis plus de 10 ans de voir leur demande enfin satisfaite.

Les nouvelles modalités ne changent cependant en rien l’effet de seuil des groupes d’âge avec des collègues qui loupent leur congé par leur passage dans le groupe supérieur.

Sur les propositions faites par le rectorat, nous demandons des précisions sur les attributions des points RH qui doivent être des projets de reconversion. Nous rappelons que plus de 8 demandes sur 10 concernent une préparation à l’agrégation interne et que des bonifications RH, comme d’ailleurs vous l’avez confirmé l’année dernière, ne peuvent être octroyées pour un tel projet.

Le barème ne pourra jamais cacher la pénurie des congés et nous avons des collègues qui en sont à leur 8e demande. Pour que ce droit à une année de congé de formation soit réellement ouvert à chaque fonctionnaire au cours de sa carrière, il est nécessaire d’augmenter le contingent de congés pour le porter à 2,25 % de la masse salariale, contre 0,2 % aujourd’hui. Par ailleurs, le poids des demandes pour préparer l’agrégation interne reste écrasant : plus de 8 demandes sur 10 pour les certifiés et assimilés ! Il est urgent que le rectorat octroie des décharges de service pour les collègues préparant le concours de l’agrégation et se destinant donc à rester au service de l’Education nationale, comme le permet de décret de 2007 sur la formation continue.

Ce poids écrasant des demandes pour préparer l’agrégation est le symptôme du déclassement de nos professions et de la charge de travail qui s’accroît pour nos collègues. La FSU revendique une diminution de notre temps de travail et une augmentation significative de nos rémunérations. Toutes et tous agrégé.e.s, et tout le monde pourra bénéficier de son droit à congé formation !