Vacances vigilantes ?

Deux mouvements sociaux d’ampleur, sur les E3C, et plus largement encore, sur les retraites …
Un pangolin ...
Huit semaines de confinement … avec la désormais fameuse « continuité pédagogique »
Quatre rentrées différentes …
Huit semaines de louanges du personnel enseignant, de son engagement auprès des élèves, et nous en savons le prix ...
Une semaine de calomnie sans précédent de ce même personnel enseignant… avec l’invention non moins inédite du « professeur décrocheur »
Une série de déclarations du ministre Blanquer démenties et désavouées à chaque fois ...
« Et toujours, le même président » euh…, non, ministre.
Eh oui, « il y a eu tout ça, et aussi d’autres choses », à commencer par les milliers de morts, hélas, liés à cette pandémie effrayante à bien des égards, et aussi à des réponses gouvernementales dont il faudra bien tirer un bilan même s’il est encore difficile d’en mesurer toutes les conséquences.

Un état d’urgence sanitaire que ce gouvernement fait perdurer, corsetant toujours plus les libertés de manifester, notamment, et un ministre de l’éducation qui voudrait sans vergogne vendre des « vacances apprenantes » en lieu et place de moyens pour l’École à la rentrée, seuls susceptibles de permettre un véritable rattrapage pour les élèves, grâce à du travail en petits groupes, dans les classes, définitivement le lieu des apprentissages. Le confinement a creusé de façon dangereuse les écarts de tous ordres, nous le savons bien, et ce n’est pas en offrant à la découpe des pans entiers des savoirs (2S2C), ni en s’engouffrant dans le « distanciel » (marché juteux pour les appétits voraces du numérique privé) qu’on remplira de manière pertinente les missions de l’École !

Et puis, déconfinement oblige, le Medef retrouve les antiennes du « travailler plus », « gêne occasionné par le code du travail » ; les distributions de dividendes flambent (rapport Cac 40 Oxfam), parallèlement aux annonces de licenciements d’ailleurs ! Et le président qui avait, la main sur le cœur, promis de se réinventer, revient avec ses vieux projets d’avant, sur la protection sociale et les retraites notamment, avec une volonté farouche d’accélérer encore.

Pourtant, les Services Publics, santé en tête, ont fait la démonstration magistrale de leur nécessité vitale !

Nous ne voulons pas de ces mauvais coups, et nous saurons trouver les forces et la dynamique nouvelle, notamment autour des « 34 mesures pour un plan de sortie de crise » porté par 20 syndicats et associations, pour construire dès la rentrée les mobilisations nécessaires, les plus larges possibles !

Alors oui, nous allons prendre du repos parce que nous sommes épuisé-es comme jamais, mais ce seront des vacances ... vigilantes !

Bonnes VACANCES, et prenez soin de vous !