14 juin 2021

Nos métiers

Examens 2021 : le SNES-FSU reçu en audience par la rectrice

COVID, réforme Blanquer, New Public Management... Tout est prétexte à la dégradation de nos métiers.

La rectrice de Grenoble, accompagnée de l’inspection pédagogique et de la DEC (Direction des Examens et Concours) nous a reçu en audience jeudi 8 juin.

Nous avons commencé par rappeler nos mandats, notamment la demande d’annulation du Grand Oral.

Beaucoup de difficultés d’organisation ont été justifiées par les circonstances extraordinaires de cette année scolaire. Entendez par difficultés d’organisation tout ce qui entraîne une dégradation de notre travail : délais raccourcis, convocations tardives, ...
D’autre part, tout est verrouillé par les directives ministérielles si bien que rien n’est possible à leur échelon.

Grand Oral

24 visioconférences concernant 2400 professeurs ont eu lieu toute la semaine pour harmoniser les jurys. "L’outil de conversion" en note de la grille indicative d’évaluation présenté lors de ces "réunions" a été mis à disposition suite à une demande du "terrain" d’après l’inspection, mais n’est qu’indicative. L’inspection et la rectrice ont clairement rappelé que le jury reste souverain et pouvait utiliser toute l’étendue de la note comme il le juge utile.

Néanmoins ils ont précisé que le 5 mini du fameux outil de conversion peut se justifier par la bienveillance que nécessite le contexte sanitaire et que les jury doivent aussi s’adapter et tenir compte des premières années de mise en place du Grand Oral.

De notre point de vue la bienveillance aurait été d’abandonner cette épreuve.

Pour la composition des jury il y a à chaque fois un professeur spécialiste et un candide. Les convocations des élèves ne mentionnent pas la spécialité du spécialiste.

Il a été confirmé que compte tenu de cette exigence de ne pas mettre deux professeurs d’une même spécialité dans le jury, il y aura bien des moments où des collègues "candides" vont être face à des candidats s’exprimant en langue étrangère. Mais qu’on se rassure, ce n’est pas tout l’oral qui est en LV, et puis “ce n’est pas pire qu’un discours portant sur les Sciences Physiques pour un non-spécialiste”. Et puis l’évaluation est collégiale, donc tout ira bien pour le rectorat...

Il nous a été confirmé qu’il y aurait des indemnités de jury pour le Grand Oral.

DNB

Nous avons renouvelé notre demande que les membres des jurys de l’oral du DNB soient aussi rémunérés pour cette épreuve terminale relevant d’un diplôme national.

"Dématérialisation" des copies

Copies numérisées si je veux {OpenDocument Text}Mot revendiqué par la rectrice, elle est dit-elle incontournable car il y avait trop de pertes de paquets de copies, argument évidemment avancé sans éléments chiffrés et sans recherche des causes. De plus l’outil est « formidable » et a été bien amélioré suite aux expérimentations précédentes.

Ils nous a été fait remarquer que ce n’était pas nouveau, que cela avait été annoncé depuis longtemps.

Tous les collègues qui le souhaitent peuvent imprimer les pdf, la note et l’appréciation devront être saisies au final sur l’application.

Nous appelons les collègues qui ne veulent pas corriger sur écran à imprimer les copies dans leurs établissements . Nous appelons les autres à venir corriger collectivement dans les établissements qui doivent mettre à disposition le matériel nécessaire. Il faut redonner de la visibilité au travail « dématérialisé ».

Évidemment nous ne pouvons nous satisfaire de ces conditions qui à l’aberration environnementale ajoutent une augmentation de la charge de travail des correcteurs mais l’ouverture de cette possibilité est une première reconnaissance par l’administration des difficultés engendrées par son outil.

La main sur le cœur, non non, ce n’est pas un outil de surveillance, ils n’ont pas que cela à faire... Et cela leur donne des statistiques très intéressantes et leur permet de réagir quand un collègue est en difficulté.

Nous maintenons que le potentiel de surveillance de cette application n’est pas acceptable.

Corrections des écrits : des délais bien trop courts

Les lots de copies sont toujours aussi lourds et les délais sont encore plus courts. Ces conditions ne sont pas acceptables et les autorités académiques se réfugient derrière les contraintes du calendrier national pour justifier des lots de 130 copies en philosophie avec plusieurs jours de moins. A cela s’ajoute le signe de mépris des correcteurs qu’est la solution retenue pour l’épreuve de philosophie. (Lire le communiqué des enseignants et enseignantes de philosophie de l’académie de Grenoble réunis en assemblée générale le 9/06/21)

Nous appelons les collègues à ne pas étendre leur journée de travail au-delà du raisonnable pour parvenir à tenir ces délais, quitte à déborder sur les délais. Si cela n’est pas décemment faisable, ne le faites pas au détriment de votre santé et votre vie personnelle.

En lettres, les professeurs de collèges agrégés ont prioritairement été convoqués en renfort pour la correction des écrits et le rectorat a adressé un courrier aux chefs d’établissement pour libérer les collègues de leurs cours.

Évaluations des oraux : de bien trop longues journées

14 candidats par jour, une présence de 8h à 18h sans compter les temps de trajet, nous avons rappelé que ces conditions étaient éprouvantes pour les jurys et que cela induisait forcément une inégalité de traitement entre les premiers candidats et les derniers.
Là encore impossible de se faire entendre sur la nécessité de réduire les journées et le nombre de candidats quotidien, toujours justifiés par ces mêmes contraintes du nombre d’enseignants et du calendrier national des examens.

Sur notre demande qu’il n’y ait pas de double convocation (corrections, oraux, GO), la DEC répond que cela n’a pas été possible. Les lots de correction ont été diminués de 15 copies par jour d’oral.

Autres points

  • la rectrice a dit ne pas avoir donné de consignes aux chefs d’établissements de lycée de maintenir les cours jusqu’au 6 juillet.
  • les convocations aux examens sont prioritaires sur les rendez-vous pour les vaccins sur lesquels il n’y a plus de tension.




L’audience en bref : « Circulez, il n’y a rien à voir... »

Le SNES-FSU appelle les collègues à manifester leur opposition au bac Blanquer 2021 et ses conditions en organisant des AG dans les établissements, en interpellant la rectrice, en participant aux rassemblements organisés, ou à des actions devant les établissements avec conférence de presse, photos, etc.
Un préavis de grève a été déposé par le SNES-FSU pour toute la période des examens.

Nous appelons les collègues non-grévistes à soutenir l’action en abondant des caisses de grève.

Nous appelons les collègues à exiger la mise à disposition dans les établissements des ordinateurs et écrans nécessaires ou des moyens d’impression pour celles et ceux qui veulent imprimer pour rendre visible ce travail "dématérialisé".

Rassemblements le 17 juin :

  • à Valence devant le Conseil Départemental de la Drôme à 13h30. plus d’info...
  • à Grenoble à 12h devant le rectorat.