2 juin 2019

Nos métiers

Lycée : Contre les bobards du ministre, participez à nos enquêtes de terrain

« Il n’y aura plus de séries en voie générale, mais des parcours choisis par chaque lycéen en fonction de ses goûts et de ses ambitions »
JM Blanquer, 14 janvier 2019,

Depuis les premières annonces ministérielles, les analyses du SNES-FSU ont mis en évidence que la réforme du lycée renforcera les inégalités et que les promesses du libre choix des enseignements de spécialité ne sont que mensonges de communication pour mieux vendre cette réforme, mensonges complètement irréalistes face aux contraintes d’organisation des établissements et aux réalités de l’orientation qui réclament un parcours cohérent et identifié.

Les souhaits des élèves face aux contraintes organisationnelles.

affichette_libre_choix_bobards

Pendant qu’il chantait liberté de choix aux élèves et aux familles, le ministère publiait en même temps une circulaire limitant grandement cette liberté :

« Dans certaines situations (...) il peut s’avérer impossible de satisfaire le choix des élèves au sein de l’établissement : si la composition des choix n’est pas possible compte tenu des contraintes d’organisation de l’établissement »
Courrier du ministre aux recteurs, 6 mars 2019

ainsi décliné en circulaire académique :

« Le proviseur détermine l’organisation de son établissement en fonction des demandes formulées (...) par les élèves (...) et des contraintes spécifiques propres à l’établissement qu’il dirige. En fin d’année, il ouvre les groupes nécessaires, dans la limite de ses contraintes d’organisation, pour satisfaire les demandes exprimées (...) ».

C’est très clair : les contraintes d’organisation priment, et c’est donc la porte ouverte à toutes les limitations de combinaisons. Libre choix ?

L’inégalité sociale renforcée : un choix d’initié

Choisir une combinaison d’enseignements nécessite d’avoir une bonne connaissance des besoins ultérieurs pour les poursuites d’étude, et c’est d’abord dans les familles dont les parents ont suivi des études supérieures que ce choix sera le plus évident.

En l’absence de séries cohérentes et lisibles, les élèves des milieux modestes auront davantage de difficultés à faire les bons choix. Car derrière, la machine à trier ParcoursSUP sera impitoyable.

L’inégalité sociale renforcée : des programmes élitistes

Les programmes des enseignements de spécialité placent la barre souvent très haut, poussant à l’abandon les élèves les moins solides, tandis que le tronc commun se contentera de sciences a minima et d’absence de mathématiques, alors que ce sont des « attendus » forts dans la plupart des formations du supérieur. Là encore, le tri social opérera sévèrement.

Premières photographies de la mise en place de la réforme

Les premières enquêtes dans les classes de seconde révèlent clairement la grande variété des combinaisons choisies, mais également la grande dispersion des élèves sur des combinaisons atypiques, l’essentiel des effectifs se concentrant sur des combinaisons reproduisant au plus près les anciennes séries.

Il semblerait que la hiérarchie des séries ne soit pas abolie par leur disparition, les bons élèves de seconde demandant massivement une combinaison Maths Physique SVT.

Le SNES-FSU veut établir une cartographie plus complète de ces choix de combinaisons par les élèves ainsi que de l’offre qui sera réellement mise en place à la rentrée 2019.

Le SNES a besoin de vous pour faire remonter la situation dans vos classes et établissement.

Vous trouverez ci-dessous un document simple à compléter pour renseigner les choix de spécialité de vos élèves de seconde :

enquete_voeux_eleves_2nde

Merci de renvoyer le fichier complété au secteur lycée : lycees@snes.edu avec comme sujet : enquête choix de spécialités.

Vous trouverez un document à compléter pour l’enquête sur l’offre réelle de spécialités ainsi que l’offre présentée officiellement en CTA ci-dessous :

à renvoyer dès que vous aurez les informations à la section académique s3gre@snes.edu
Merci de bien vouloir indiquer comme sujet : enquête offre de spécialités.