30 novembre 2018

Edito

Après le collège, le lycée et les programmes... les élections

Après le collège, le lycée et les programmes... les élections

Le ministère de l’Éducation nationale est-il attaché à la démocratie ?

Le vote électronique a indiscutablement contribué à faire reculer la participation aux élections professionnelles. De là, cette situation paradoxale dans laquelle les fonctionnaires d’État appartenant au monde de l’École sont moins bien représentés que ceux des autres ministères. En effet, la participation ayant reculé d’environ 25 % lors des élections de 2014, nous nous retrouvons les moins représentés (juste parce que nous avons moins voté que les autres) alors que nous sommes les plus nombreux, et à travers cela, c’est non seulement la voix de la FSU qui pèse moins, mais la cause de l’École tout entière qui passe au second plan.

Depuis l’ouverture du scrutin le jeudi 29 novembre à 10h00, le vote électronique à l’Éducation nationale dysfonctionne gravement et les opérations électorales ont été suspendues à 14h00.

Le ministère de l’Éducation nationale, par le choix du prestataire comme par les décisions organisationnelles prises, porte la responsabilité de cette situation inacceptable.

Il se montre, à cette heure, incapable de garantir les conditions normales de mise en œuvre du processus démocratique pour les 1 135 000 personnels de l’Éducation nationale.

Les représentants de la FSU au bureau de vote central ministériel ont exigé que soient prises toutes les dispositions pour permettre l’expression du vote des personnels et la sincérité du scrutin.
Le vote est de nouveau possible dans la matinée du vendredi 30 novembre.

Le SNES-FSU appelle les collègues à montrer leur attachement à la démocratie sociale dans l’Éducation nationale et au paritarisme en votant massivement dès qu’elles/ils en auront la possibilité.

Vous trouverez tous les éléments pour voter SNES et FSU sur cette page et n’hésitez à nous contacter en cas de difficultés.