Le congrès aura lieu les 12 et 13 mars à la bourse du travail de Grenoble

Prenons la parole !

Nous allons tenir notre congrès académique les lundi et mardi 12 et 13 mars 2018 à la bourse du travail de Grenoble, en pleine période de chamboule-tout du second degré, du bac, de l’entrée dans le supérieur, et de mise en cause des services publics par le gouvernement. L’objectif de ce congrès est de prendre un temps pour réfléchir comment, ensemble, bâtir l’École que nous voulons : ni celle du tri social, ni celle aux couleurs sépia, mi-fantasmée mi-passéiste d’un avant glorieux.

Ce moment, que met en œuvre notre organisation syndicale, est vraiment précieux, parce que c’est un moment dédié à la réflexion collective, au débat pour dessiner ensemble une stratégie de luttes, à même de peser pour nos métiers et nos élèves.

C’est important de s’accorder ce temps de prise de recul face à un président au comportement hyperactif, qui attaque tous les sujets à la fois en s’embarrassant fort peu, lorsque qu’il dirige le vaisseau, à l’image de sa Hautesse, si les souris sont à leur aise ou non… Fonction publique, Cheminots, ordonnances loi travail, retraites, Migrants, protection sociale…, avec toujours ce même regard d’en haut, peu soucieux de solidarités et de redistribution, jouant le tous contre tous, surfant sur les peurs et le rejet de l’autre.
Ce temps fort doit nous permettre aussi de renforcer notre outil syndical : c’est notre bien commun ; donc continuer à proposer, et plus que jamais la syndicalisation à tous celles et ceux qui hésitent encore, ont remis à plus tard… Inciter le plus grand nombre à venir au congrès, à prendre ce temps de réflexion sur notre travail. Parce que c’est à nous d’avoir la parole, d’être à l’offensive sur nos métiers ; c’est notre affaire !

La situation est difficile : des effectifs partout en hausse, des réformes à la hussarde, à la fois idéologiques et budgétaires, qui tournent le dos à la démocratisation de l’accès aux savoirs, et qui vont brouiller encore plus les choix là-même où le ministre Blanquer se targue d’efficacité et de bon-sens… « près de chez nous » comme disait jadis le slogan du crédit agricole ?

Dans ce contexte, quelle est la nature du syndicalisme que nous voulons construire pour y trouver des réponses ? Comment chacun, chacune peut-il/elle y trouver sa place, y apporter sa part et ses questions pour construire cet outil collectif dont nous avons tant besoin ?

Soyons très nombreux-ses les 12 et 13 mars !

Jacques Lacroix, secrétaire national, accompagnera nos travaux.

Qui peut participer à ce congrès ?

Le congrès académique est l’instance dirigeante de la section académique. Il est constitué des membres de la CA académique en cours de mandat, des membres titulaires des bureaux de S2 qui ne seraient pas membres de la CA, et des délégués de S1 (sections d’établissements). Tout syndiqué à jour de sa cotisation peut assister au congrès et y prendre la parole dans les limites fixées par le congrès. Il n’a toutefois pas la qualité de délégué.
En pratique chaque S1 désigne son (ou ses) représentant(s) ; lorsqu’il y a plus d’un délégué, ou lorsque le délégué potentiel est déjà membre du congrès au titre de la CA académique, pensez à favoriser la diversité catégorielle.

Vous trouverez ci-dessous les informations pratiques (horaires...) et la convocation.

Pensez à prévenir de votre venue et de vos besoins en repas et hébergement au plus vite.