Les élections professionnelles viennent de s’achever. Organisées dans la précipitation et la volonté de bouleverser modalités, procédures, calendrier, résultats et portée, elles marquent une baisse notable de la participation mais confirment la place du SNES et de la FSU dans le second degré et l’Education nationale.

Une baisse de la participation délibérément organisée

Un vote par internet imposé autoritairement, des modalités et des procédures complexes, un calendrier précipité, des failles techniques ont abouti à priver de leur droit d’élire leurs représentants bon nombre de collègues et en ont découragé beaucoup d’autres.

Malgré l’assurance des autorités administratives (« simple, rapide, efficace… »), la chute de la participation, première caractéristique notable de ces élections vient confirmer nos analyses, nos craintes et nos dénonciations. Alors que près de 2/3 des titulaires avaient participé à l’élection de leurs CAP lors des 3 précédents scrutins, moins de la moitié (42.67 %) a pu participer effectivement à l’élection de ces instances

Face à un tel déni de démocratie, le SNES n’entend pas en rester là et va poursuivre la dénonciation des conditions d’organisation du scrutin ! Nous avions posé récemment la question des raisons de tels bouleversements dans des élections pour lesquelles les 2/3 des électeurs votaient et donnaient la majorité au SNES et aux syndicats de la FSU. Ce combat pour dénoncer ces modalités imposées continue ; il est l’affaire de tous !

Echec au Roi : la machine de guerre contre le SNES et la FSU n’a pas atteint son but !

Malgré cette diminution de la participation, la représentativité évolue peu. Globalement la FSU reste la première fédération de l’Education et les listes et sigles présentés par le SNES, seul ou en commun d’autres syndicats de la FSU recueillent près de la moitié des suffrages exprimés et obtiennent la majorité des sièges dans les CAPA et CCP du second degré. Cette représentativité est confirmée par le résultat obtenu par la liste fédérale au CTA, élu directement, et pour la première fois, par l’ensemble des personnels de l’Education nationale.

La section académique remercie tous ceux qui, en dépit des conditions imposées ont confirmé la représentativité du SNES et de la FSU, loin devant les autres organisations syndicales.

Majoritaires en voix et en sièges, le SNES et la FSU conservent ainsi leur capacité d’intervention et d’efficacité au service de l’ensemble des collègues. Des articles par catégorie présenteront bientôt sur ce site les résultats détaillés et les nouveaux élus.
La CA académique du 8 novembre prochain reviendra sur ces élections : conditions d’organisation des scrutins, résultats et conséquences.